Le monde ésoterique


 
AccueilCalendrierFAQGalerieRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Templiers du Val Maudit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Venusia
Admin


Nombre de messages : 105
Age : 30
Localisation : Hauts-de-Sein
Réputation : 0
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Les Templiers du Val Maudit   Lun 7 Avr - 14:45

Hauts sont les rocs tourmentés et moussus ! Profond est le val sinistre où bondit le torrentueux Jolan ! Telle est la vallée maudite, la sombre gorge de Malavaux !

En ces lieux, jadis, sur un sommet désolé, surveillant le défilé, était perché le Château de Montclar, qui dominait le Plateau de la Couronne voisin. Hélas, il devint un jour, le repaire de Templiers dévoyés, de fâcheuse réputation.

Ce soir-là, les étroites meurtrières rougeoyaient, les canonnières en forme de globe terrestre surmontés d'une croix, laissaient filtrer d'inquiétantes lueurs. Des cris, des bruits de ripaille se répandaient jusqu'au dehors..."

Les Templiers sont revenus de Jérusalem! Quel malheur!" disaient en se signant les gens de Genat ou de Viermeux, qui apercevaient ces signes fâcheux.

En effet, entre deux Croisades faites pour reprendre le Saint-Sépulcre aux musulmans, quelques "Chevaliers du Temple", ordre religieux et militaire, se retiraient en ces lieux écartés.


Au début, ils pratiquaient les vertus chrétiennes et le pays était tranquille.

Mais, rapportant l'or pris aux infidèles, ramenant de belles esclaves, ils tombèrent bientôt dans la perversion et le Château de Montclar devint un lieu de débauche et de luxure. Ah, leurs saintes pratiques originelles étaient bien oubliées !

Personne n'osait plus alors prendre le chemin pierreux qui mène de Cusset aux Vaux et à Molles, en longeant le pied du château. Les voyageurs détournaient leur route, par la Côte des Justices.

C'est que plusieurs marchands aux mules bien chargées de richesses et passant par là, n'avaient jamais été revus, ni eux, ni leurs équipages. On parlait aussi de bergerettes disparues sans laisser de trace. Elles avaient disparu, les pauvres ! des pâturages voisins où elles gardaient leur troupeau, en filant leur quenouille de laine, et faisant virer leur fuseau.

La rumeur courait par le pays, qu'après avoir volé les montures, pillé leurs ballots, tué les marchands, déshonoré et sacrifié les filles, ces bandits de Montclar faisaient disparaître toutes traces de leurs crimes, en précipitant les corps dans le Puits du Diable (Gouffre dans le rocher que les légendes disaient insondable).

Il se disait aussi que, la nuit du sabbat, le Malin venait rechercher au fond du trou, les âmes de tous ces malheureux morts sans confession.

Porter plainte au Bailliage ? Cela avait bien été fait. Mais la Justice était tellement longue à s'ébranler qu'il semblait que les juges et la maréchaussée avaient peur de si puissants brigands. Et les déclarations, les témoignages dormaient dans les liasses de vieux papiers et parchemins, chez le greffier...

Or ne voilà-t-il pas que, là-dessus, la belle Hermine de Genat, la fiancée du Chevalier de Busset, disparut à son tour !

C'était un soir que l'imprudente se promenait sur sa blanche haquenée vers la côte de Chassignol, pourtant à moins d'une demi-lieue de son château de Genat. La nuit tomba, sans qu'on revit ni la gente demoiselle, ni sa monture...



Le père, le fiancé affolés battirent la campagne en vain, avec leurs gens armés de piques. Rien, sauf l'écharpe de soie d'Hermine, qu'on retrouva accrochée à un buisson sur le chemin des Malavaux.

La nuit tombée, le Chevalier de Busset partit en exploration, la rage au coeur, vers le château de Montclar. Armé seulement d'une dague, il s'était vêtu d'une cotte grise pour se fondre dans l'obscurité.

Il arriva bientôt et, rampant entre les rochers, parvint au pied de l'enceinte. Levant les yeux, il distingua, se détachant sur le ciel sombre, des silhouettes armées faisant le guet en parcourant le chemin de ronde des puissants remparts.

Ah! le repaire des Templiers serait difficile à forcer ! Sa réputation d'être imprenable n'était pas surfaite !

Notre hardi chevalier, pour se dissimuler, s'enfonça alors dans le Puits du Diable, en grand péril de s'écraser au fond, s'accrochant de roc en roc pour descendre.

Mais, ô surprise ! sous un surplomb, il distingue une faille étroite. Il s'y glisse. Nul doute, c'était une sortie secrète dans la campagne, du Château de Montclar ! Marchant courbé et tâtonnant dans le boyau, il arriva bientôt à une issue d'où filtraient des lueurs. C'était une ouverture donnant dans un coin de la crypte de la chapelle, éclairée d'une torche.

Le coeur bondissant de joie, il aperçut sa chère Hermine, enchaînée, mais vivante !

Se précipiter, lui parler, tenter de la délivrer ? Seul, c'était folie...Il sut maîtriser sa fougue et se retira en silence.

Mais déjà un plan mûrissait en son esprit...

Les fermiers du Comte de Busset, fournissant en vin les Templiers, il leur en ferait faire une livraison, et une bonne ! dès le lendemain.

Revenu à Genat passé la mi-nuit, le Chevalier enfourcha son destrier, repartit aussitôt au galop à Busset et, quand se leva le petit jour, tout y avait été préparé avec les vignerons.

A l'aube, le charroi s'ébranla donc au pas des paires de boeufs, avec cinq gros muids chargés chacun de deux hommes armés, respirant par les bondes !

Dans l'après-midi, le convoi arriva comme de coutume au Château des Malavaux. La sentinelle reconnut les charretiers et baissa le pont-levis. Voilà donc tous nos chars dans la cour intérieur !

Mais, soudain, les fonds des tonneaux sautèrent, les dix hommes bondirent des fûts et investirent la forteresse par surprise, rééditant la ruse antique qui amena la prise de Troie!

Eut lieu alors le châtiment par mort rapide, des odieux Templiers débauchés.



Hermine fut délivrée aussitôt de son cahot. On devine le bonheur des retrouvailles de tous, et les larmes de joie de la demoiselle, quand elle serra sur son coeur, son père et son preux fiancé !

Imaginez aussi le contentement de tant de gens des environs, débarassés enfin de la grande peur des brigands, leurs voisins.

Le mariage des jouvenceaux eut lieu peu après en grande pompe et festivités.

Le château démantelé devint carrière de pierres pour la construction des maisons de Meunière, des Vaux et de Genat.



"Légendes bourbonnaises et Récits traditionnels de Cusset et ses environs" Jean Boyer

Editions les amis du vieux Cusset (1984)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://venusia-voyance.forumpro.fr
 
Les Templiers du Val Maudit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Savonarole, le prophète maudit...
» LES DESCENDANTS DES TEMPLIERS
» Les Templiers - Abbé Bareille
» Oedipe Le Maudit - Davidson
» Judas traître ou héros maudit de tous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde ésoterique :: Genéralités :: Les légendes...-
Sauter vers: